Mots-clefs

, , ,

2014 fut l’année de l’avènement du Leica T, un boitier Leica résolument moderne aux formes futuristes et entièrement tactile. Si la qualité de fabrication était sans reproche, son électronique était clairement d’un autre temps et la légère mise à jour réalisée en 2016 (Leica TL) ne fut pas à la hauteur des espérances que pouvaient susciter ce nouvel hybride. Cette année 2017 est donc l’année du renouvellement avec l’arrivée du Leica TL2 qui entend bien rallier tous les suffrages autour d’un lifting complet lui permettant d’être le digne représentant de Leica en tant que boitier ultra-moderne avec capteur APS-C. La marque allemande a-t-elle transformé l’essai ?

 

 

Présentation :

Comme son prédécesseur, le Leica TL2 est magnifique de présentation. Selon son habitude, Leica a concocté un appareil au design impressionnant. Attention, il ne s’agit pas d’un boitier qui revendique la fière appartenance au mode de la photographie traditionnelle et conservatrice mais plutôt d’un concept ultra-moderne largement inspiré de ce que nous pouvons observer dans le monde du smartphone.

Boitier en aluminium taillé dans la masse et usiné à partir d’un seul bloc, le TL2 est issu d’une collaboration avec Audi Design. Aucune protubérance ni verrue à déplorer et les arêtes du TL2 sont désormais chanfreinées. Seules deux molettes jumelles (on y reviendra), un bouton pour la vidéo et le déclencheur sont apparents. Le dos de l’appareil est parfaitement plat avec un écran tactile de bonne taille dont l’intégration ne souffre d’aucun défaut. La prise en main est remarquable car immédiate avec de bonnes sensations malgré un look et une forme pour le moins inhabituel.

A noter, un système novateur et très efficace avec la sangle dédiée à l’appareil qui confirme la volonté d’une intégration sans concession du TL2. Non seulement le dispositif est sans égal en terme de rapidité mais il protège l’appareil des rayures et frottements bien connu des photographes sur les côtés du boitier. Autre originalité sur ce boitier, la mémoire intégrée de 32 Go qui permet de s’affranchir de mettre une carte dans l’appareil.

Le système vraiment ingénieux de sangle du Leica TL2

Du côté des regrets, c’est l’absence de viseur intégré qui à mon sens pourra faire débat. Leica nous propose malgré tout un viseur électronique additionnel avec la Visoflex qui est de très bonne qualité (2,4M pixels) et qui présente l’avantage d’être dotée d’un module GPS intégré mais aussi de la possibilité de le basculer pour une prise de visée au-dessus de l’appareil.  Seul son prix pourra être un frein à son acquisition (450€).

Le Leica TL2 est présenté en version anodisée noire ou argent.

Il peut être aisément piloté grâce à l’application Leica TL et sa Wifi intégrée permettra le transfert des images vers votre smartphone, tablette ou ordinateur. 

 

Prise en main :

Si la présentation est plutôt sans égale sur le marché, il reste à savoir si les nombreuses améliorations apportées font de ce TL2 un candidat sérieux à l’heure du choix. Les dites améliorations sont effectivement pléthoriques avec tout d’abord l’arrivée d’un couple capteur/processeur dévolu à corriger la relative apathie de son prédécesseur. Le nouveau capteur APS-C est donc désormais un module de 24 Mpx et le processeur Maestro II est celui qui équipe depuis peu les Leica M10 et SL. Tout ceci pour garantir une qualité d’image de très bonne facture et une réactivité accrue de l’appareil.

En ce qui concerne le premier point, rien à redire car la qualité d’image est excellente, bien servie par un capteur APS-C de 24 Mpx très performant jusque 3200 isos voire 6400 isos (en DNG). Au-delà, il s’agit plus d’un mode de secours même si le TL2 voit sa plage de sensibilité s’étendre de 100 à 50 000 isos. En DNG, l’image sera nativement assez douce mais rien d’alarmant, le post-traitement permettra sans difficulté d’obtenir une image à son goût sur ce plan.

Sur le plan de la réactivité, si la progression est indéniable et certaines lenteurs bien corrigées, il n’en demeure pas moins que le TL2 n’est pas un foudre de guerre et il gagnerait à être un peu plus véloce encore. Rien de dramatique et de rédhibitoire mais que ce soit à l’allumage ou en fonctionnement, le TL2 n’est pas le plus rapide de sa catégorie et il est probable que Leica pourra optimiser tout cela par firmware.

Au rayon des améliorations, il est à noter que l’autofocus a été revu en détail avec un module implémenté qui passe d’un unique collimateur à un système de 49 points propre à rendre le dispositif bien plus réactif et précis. Sur le terrain, rien à signaler de ce côté, l’autofocus du TL2 est performant et se sortira de la majorité des situations haut la main. Attention, ne pas s’attendre à des envolées magistrales dignes des boitiers pro nippons mais là encore, un niveau d’excellente facture qui ne dénotera pas sur cet appareil destiné à la photo généraliste.

 

Autres points importants, la vidéo tout d’abord qui est désormais au niveau des meilleurs car le TL2 filme en 4K (3840 x 2160p à 30 im/s), en full HD (1920 x 1080p à 60 im/s) ou en mode HD (1280 x 720p à 60 im/s et ralenti à 120 im/s). Un obturateur électronique pouvant grimper allègrement jusqu’au 1/40 000s qui fait de cet appareil le plus rapide du marché à ce niveau, le tout dans le silence le plus total, ce qui est quand même un redoutable avantage dans nombre de situations. Le mode rafale est pour sa part plus performant avec un mode que Leica annonce fièrement à 29 images/secondes en mode obturateur électronique (en réalité plutôt 20 images/secondes). En réalité, si il est moins véloce qu’annoncé, il est particulièrement bon (7images/secondes en obturation mécanique) et permettra de s’affranchir de situations diverses et variées sans difficultés.

On notera aussi la possibilité offerte désormais de faire du DNG seul (enfin) quand le prédécesseur imposait le DNG+JPG. La Wifi est bien évidemment toujours présente et une prise USB 3.0 sera aussi de la partie.

C’est la monture TL qui équipe le TL2. Elle est compatible d’emblée avec les objectifs de la gamme SL et permet, à l’aide de bagues adaptatrices, de monter des optiques M ou R sans problème. Un bon point pour ce boitier qui pourra même devenir le digne suppléant d’un M ou d’un SL.

La gamme TL se compose actuellement de trois focales fixes ; les Leica Summicron-TL 23 mm f/2 ASPH, Summilux-TL 35 mm f/1,4 ASPH et APO-Macro-Elmarit-TL 60 mm f/2,8 ASPH et de trois zooms ; Leica Super-Vario-Elmar-TL 11–23 mm f/3,5–4,5 ASPH, Vario-Elmar-TL 18–56 mm f/3,5–5,6 ASPH et APO-Vario-Elmar-TL 55–35 mm f/3,5–4,5 ASPH pour couvrir une plage de focales équivalentes du 17 au 200 mm (à équivalence du format 35 mm).

Une gamme optique relativement chère mais de qualité avec deux optiques à mon sens tout à fait remarquables, à savoir le 35mm et le 60mm macro (qui fonctionne diablement bien aussi sur le SL).

Caractéristiques techniques :
Capteur : CMOS 24 Mpxl, APS-C (x1,5)
Objectif : interchangeable monture système TL
Écran : 9,4 cm, 16/9, tactile multipoint
Sensibilités : de 100 à 50 000 Iso
Mode vidéo : 4K (30 im/s)
Mémoire interne : 32 Go
Carte mémoire : SDXC
Connexions : USB – HDMI – Griffe Flash port viseur – Wi-Fi
Alimentation : Li-ion BP-DC13 (7.2 V, 985 mAh) – 400 photos environ par batterie.
Dimensions /poids : 69 x 134 x 33 mm / 399 g

 

Sur le terrain :

Une fois énumérées toutes ces caractéristiques techniques, il s’agit de savoir comment se comporte ce TL2 en action. Tout d’abord et comme évoqué un peu plus haut, la prise en main est très bonne par la finesse, le format et le bossage du boitier bien étudiés qui donnent à ce TL2 une préhension sûre. Il est de plus léger et plutôt bien équilibré. Le raffinement de la fabrication côtoie la perfection et c’est réellement un plaisir d’utiliser cet appareil.

Le principe avoué de ce TL2 est d’une logique plutôt technophile. En clair, un écran tactile pour piloter l’ensemble des commandes de l’appareil (hormis les deux molettes jumelles). Si tout n’est pas parfaitement réussi avec des choix ergonomiques parfois discutables, il n’en demeure pas moins que les adeptes de technologies similaires à celles des smartphones ou tablettes y trouveront leur compte rapidement. l’interface est simple et très réussie. A l’aide des deux molettes jumelles, il conviendra de choisir judicieusement leur fonction pour une utilisation intuitive et efficace de l’appareil en  toutes circonstances. Il est de plus possible de paramétrer l’ensemble des fonctions de l’appareil dans la rubrique ‘My Camera’ pour une personnalisation poussée de votre configuration photographique, très pratique.

La qualité d’image est elle sans concession, excellente avec une image nativement douce comme déjà évoqué. La mesure de lumière est très fiable et le TL2 se sort somme toute facilement de toutes les situations. Je conseille malgré tout d’utiliser la mesure à prépondérance centrale qui me semble plus sûre que la mesure matricielle que je trouve plutôt grossière dans son approche.  Comme évoqué, l’autofocus s’en sort bien et ne pose pas de problème particulier, il est clairement en très net progrès par rapport à son prédécesseur. L’obturateur électronique amène lui aussi son lot de confort puisqu’il permettra non seulement de pouvoir utiliser les plus grandes ouvertures dans n’importe quelle condition de lumière, mais cela pourra se faire dans le silence le plus absolu si la situation l’exige.

Concernant les hautes sensibilités, le capteur APS-C se montrera à l’aise jusque 3200 isos et au prix d’un post-traitement plus poussé, les 6400 isos seront eux aussi parfaitement exploitables. Le grain numérique est comme à l’habitude chez Leica, très agréable car plutôt esthétique. 

 

En conclusion :

Sous ces allures futuristes, le Leica TL2 nous prouve que la marque Allemande sait sortir des sentiers battus de fournisseur de matériels traditionaliste et conservateur en proposant un boitier hautement technologique qui sait faire de très belles photos. Il n’est certainement pas le plus extrémiste des boitiers modernes mais sous une enveloppe réduite à sa plus simple expression, il sait faire preuve de bonne volonté et son utilisation sur le terrain est plus qu’agréable.

En premier ou second boitier, le Leica TL2 saura donner du plaisir à son acquéreur autant qu’il délivrera de très belles images. Un excellent choix même si la concurrence est rude et le prix de ce TL2 bien dans la logique de Leica (1950€).

Voici une série d’images réalisée avec le Leica TL2 dans la ville de Gand en Belgique.

Cliquez sur la première image pour voir la galerie…

Click on the first image to view the gallery…