Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Longtemps, les objectifs de 50mm furent considérés comme les plus proches de celle de la vision humaine. En réalité, il serait plus juste de dire que c’est une focale de 43mm qui se rapprocherait le plus de celle de notre œil. Si pendant de longues décennies, le 50mm fut considéré comme l’objectif transtandard et référence des gammes optiques, le 35mm, par sa plus grande polyvalence, vient concurrencer de plus en plus le premier nommé, n’en déplaise aux nombreux admirateurs de Monsieur Henri Cartier-Bresson.

M_109890

Faire le choix du 35mm :

Si ma focale de prédilection est et restera probablement le 50mm, j’avoue que pour réaliser un reportage photographique complet mélangeant tous les genres et disciplines, mon compagnon de voyage minutieusement choisi serait vraisemblablement un 35mm.

Lien du test des 50mm pour Leica M

Lien du Summicron 50mm APO Asphérique (AA)

Car si une focale peut véritablement permettre de tout photographier dans les contextes les plus divers, du portrait à l’architecture en passant par la photo de rue ou le paysage, c’est bien évidemment le 35mm. La plupart du temps très compact, léger et très agréable d’utilisation, sa grande polyvalence lui octroie une place de choix dans la besace de tous les photographes, des plus avertis aux débutants les plus néophytes.

Cette focale se place idéalement entre les grand-angles, plus exigeants en termes de cadrage ou de placement et les téléobjectifs qui nécessitent des vitesses plus élevées pour éviter les flous de bougé. Ce dernier point s’avérant encore plus décisif dans le monde Leica en l’absence d’Autofocus et de stabilisation des objectifs.

Dans l’art difficile de la photo de rue, le 35mm s’est peu à peu imposé face à son rival le 50mm car il fait étalage de qualités lui donnant des avantages certains :

  • Cadrage plus naturel et facile à maîtriser.
  • Plus proche du cœur de l’action.
  • Extrêmement polyvalent car tout type de sujets.
  • Moins de tassement des perspectives.
  • Sujet moins isolé qu’avec un téléobjectif
  • Compact, léger et très discret.
  • Très peu de déformation.
  • Prix abordable.
  • …    

Le 35mm, l’objectif du débutant :

Pour débuter, l’objectif de 35mm est sans conteste celui que je préconiserais car il s’agit d’une focale relativement permissive et facile à appréhender.

Au-delà de sa polyvalence très marquée, le 35mm s’apprivoise très vite avec des possibilités de cadrage multiples et adaptées à la plupart des sujets, il tolère aussi une certaine approximation de la mise au point et dernier point pour le moins important, il permet aussi de saisir des images à des vitesses plutôt basses (1/15ème de seconde). Des données à prendre invariablement en compte lors du choix fréquemment fait entre 35 et 50mm.

Pour celui qui démarre chez Leica, un 35mm Summarit monté sur un boitier M9 par exemple sera un excellent moyen de se faire la main avec un budget somme toute raisonnable. Plus anciens et très peu chers, les Summaron pourront aussi être aussi une alternative pour qui souhaite démarrer à moindre coût même si leur rendu porteront une signature plus ancienne bien évidemment.

Pour précision utile, sur un M8, de par la conversion de focale du capteur qui n’est pas un 24×36, c’est le 28mm qui sera préconisé pour obtenir un équivalent 35mm (37mm plus exactement).

Dernier point et non des moindres, économiquement, le 35mm présente l’avantage d’être courant et décliné en plusieurs versions avec une gamme de prix très large, des peu chers anciens Summaron, des prix moins abordables mais cohérents des Summarit ou Summicron jusqu’aux plus onéreux mais fantastiques objectifs que sont les Summilux.

La gamme Leica 35mm :

Pour celui qui voudra acquérir un 35mm de la gamme Leica, le 35mm choix sera large. Pas seulement en neuf bien évidemment car il est relativement aisé et sûr d’acquérir un modèle d’occasion en excellent aspect cosmétique et parfait état de fonctionnement.

summilux-aspherical

Cette focale est courante et très présente et permet un choix large qui devra être dicté par la volonté d’obtenir le rendu qui plaira. Chacun des objectifs de la gamme, comme toutes les optiques Leica, aura ses propres caractéristiques et proposera une signature différente en fonction de l’ancienneté, de la modernité de la formule ou de la conception technique qui feront plus ou moins apprécier le rendu final.

Comme toujours, un test personnel en grandeur réelle devra toujours être le véritable juge de paix pour faire son choix car nous allons voir maintenant que chacun des 35mm Leica est différent et que le choix définititf sera parfois très difficile à faire précisément de par la diversité importante des modèles présentés.

Le Summaron-M 35mm f/3,5 :

Cet objectif légendaire apparût tout de suite après la guerre et ne sera remplacé par le summicron qu’au début des années 60. D’abord décliné en monture à vis, il sera produit ensuite avec une baïonnette M à l’apparition de celui-ci au milieu des années 50. Pour le M3, il existera aussi une version dédiée dotée d’une lunette (sans le cadre de 35mm). C’est d’ailleurs ce modèle que j’ai pu tester sur le Leica SL (2015) mais en démontant la lunette qui est amovible.

summaron

Au centre de l’image, dès la pleine ouverture, le piqué est de l’ordre de l’excellence. Les angles et bords extrêmes en net retrait et ce n’est qu’à f/5,6 que l’image deviendra homogène sur tout le champ. A partir de f/8,0, la netteté maximale sera atteinte sur l’ensemble de l’image. La distorsion bien apparente à pleine ouverture disparaît progressivement jusqu’à f/5,6 pour s’effacer totalement à f/8,0. La distorsion est parfaitement négligeable.

Excellent petit 35mm compact très bien construit, cet objectif ne décevra jamais celui qui recherche une image à la signature plus ancienne, avec des bords d’image « incertains » aux plus grandes ouvertures et à qui confine à l’excellence dès que l’on tourne le diaphragme (à partir de f/5,6). Le rendu global sera plutôt chaud avec des couleurs qui font penser d’emblée à celles délivrées par la célèbre Kodachrome.

Ce petit Summaron peut-être une belle affaire car son prix est très doux, aux alentours de 300/400€ pour un objectif en très bon état. A noter qu’il existe une version ouvrant à f/2,8 par forcément plus chère car pas intrinsèquement meilleure que la version à f/3,5. L’acquisition de ce petit Summaron f/3,5 en numérique peut-être un vrai choix rationnel notamment pour le paysagiste qui pourra exploiter son excellent potentiel aux petites ouvertures (de f/5,6 à f/11) pour d’excellents résultats et un investissement pour le moins raisonnable.  

Le Summarit-M 35mm f/2,5 (jusque 2014) :

Issu de la gamme Summarit conçue en 2006 avec l’arrivée du numérique et le toujours vaillant M8, ce 35mm est rarement un premier choix car cette gamme Summarit est plutôt mésestimée. Pourtant, tous les objectifs de cette gamme (35, 50, 75 & 90mm) sont d’excellents objectifs qui ont toute leur place dans la gamme Leica.

summarit35-25

Ce 35mm ne déroge pas à la règle avec un rendement qui frise l’excellence dès la pleine ouverture, seuls les bords extrêmes demanderont de fermer à partir de f/4,0 pour une homogénéité totale de l’image. La définition et les micro-contrastes sont de très haut niveau à toutes les ouvertures. La distorsion et le vignettage sont négligeables et l’objectif peu sujet au flare (moins qu’un Summicron 35). On pourra malgré tout lui reprocher sa distance minimale de mise au point qui se situe à 0,80m. Moins nerveux et tranchant qu’un Summicron Asphérique, le principal grief qui pourra être retenu contre cet objectif sera son rendu qui pourra être ressenti comme très numérique si les curseurs sont trop poussés lors de la phase de post-traitement, erreur logicielle assez couramment produite qui ôtera à cette optique son rendu très naturel lorsqu’il est laissé brut de décoffrage.  

Dans sa présentation, l’objectif est très compact et la construction sans reproche. La course de la bague de mise au point est réduite et permet donc une rapidité d’exécution et une précision très appréciable. Dans cette première version du Summarit, le pare-soleil n’est pas fourni et il sera nécessaire de l’acquérir en option. Un détail à prendre en considération en cas d‘achat en occasion. Un autre détail qui à son importance pour certains, il n’est pas fourni avec le traditionnel étui en cuir noir mais avec un petit sac en suédine moins prestigieux mais très pratique pour emporter l’objectif bien protégé.

Vous l’aurez compris, ce Summarit est un excellent objectif, particulièrement intéressant en occasion (puisqu’il a été remplacé par la version f/2,4) car accessible pour un prix qui se situera aux alentours de 800/1000€ selon l’état et la présence ou non des accessoires d’origine et du pare-soleil (optionnel).    

Le Summarit-M 35mm f/2,4 (nouvelle version 2015) :

Si l’insignifiante différence d’ouverture entre les deux modèles Summarit pourrait laisser penser que le nouveau venu n’est qu’une simple mise à jour mineure de l’objectif, il conviendra malgré tout de prendre en compte qu’il s’agît bien d’une refonte complète de ce déjà très réussi 35mm.

En réalité, nous avons affaire à une très belle et nouvelle optique revue complètement. Le diamètre de l’optique est passé de 39 à 46mm. Le pare-soleil est désormais fourni est parfaitement intégré à l’objectif. De plus, la mention Asphérique apparaît en frontale de l’objectif. Nouveauté importante pour ce Summarit, il se décline désormais en deux coloris, à savoir anodisé noir ou argent. Comme les ainés de la gamme, il désormais fourni avec l’étui en cuir noir pour assurer le transport de l’objectif seul.

summarit35mm-24

La prise en main de ce 35mm est conforme à celle de son prédécesseur. Course de mise en point restreinte qui permet une très grande réactivité et une excellente précision. La construction globale est somme toute meilleure que celle proposée par la première version.

Alors qu’apporte cette nouvelle version lorsqu’il s’agit de comparer les deux modèles de Summarit. Disons le tout de suite, les différences seront plutôt subtiles. On retrouvera bien heureusement les qualités du premier opus dans cette nouvelle mouture. Définition, micro-contrastes sont d’excellence et comme pour la version à f/2,5, il conviendra de fermer un peu le diaphragme à f/4,0 voire f/5,6 pour une image impeccable sur tout le champ de l’image. La seule différence qui m’est apparut et qui peut être parfaitement subjective, c’est une douceur plus prononcée sur le nouveau modèle, notamment dans les bokeh. La formule optique semblant être rigoureusement la même, il est possible que la volonté de Leica épouse la tendance actuelle de retour à une certaine modération dans la recherche du piqué extrême pour proposer des images plus naturelles, plus proche de celles des images produites dans les seventies.

Et c’est ce qui ressortira de ces deux Summarit, une image très équilibrée entre piqué de haut niveau et douceur relative pour des images naturelles en toutes circonstances. Deux très bons objectifs qu’il ne faudra pas ignorer à l’heure du choix pour celui qui achètera en neuf car effectivement, et c’est un argument en faveur de ceux qui préfèreront se tourner vers les Summicrons d’occasion, un Summarit neuf coutera parfois toujours cher qu’un Summicron d’occasion. Malgré tout, j’ai croisé à plusieurs reprises des personnes qui préféraient le rendu global plus naturel du Summarit face au Summicron plus tranchant. Donc, à moins d’avoir un besoin absolu de l’ouverture plus grande du Summicron, le Summarit pourra devenir un vrai choix assumé après un véritable test terrain.

Proposé à 1850€, cet objectif est considéré comme la version économique du 35mm Leica.

Summicron-M 35mm Version IV (King of Bokeh) :

Un des objectifs mythiques de la gamme Leica. A l’instar du Summilux –M 75mm f/1,4 ou du Noctilux-M 50mm f/1,0, cet objectif a été conçu par le très célèbre Walter Mandler. Cet objectif porte donc clairement la signature de son créateur, à savoir un rendu aux couleurs plutôt chaudes que l’on pourrait comparer à la non moins célèbre pellicule Kodachrome. Souvent désigné comme le « King of Bokeh » que l’on pourrait traduire par « roi des flous d’arrière-plan », je dois avouer que si je trouve cet objectif très attachant avec une vraie personnalité, ce n’est pas ce point précis qui m’a le plus séduit. Pour tout dire, j’ai même un peu de mal à comprendre la véritable raison de ce surnom.

summicron-kob

L’objectif est très bien construit, très compact et discret, sans doute le plus réduit en taille des 35mm Leica. Le duo qu’il formera avec un Leica M sera très agréable de par son faible encombrement et son équilibre parfait. A noter qu’il existe des versions fabriquées en Allemagne et d’autres au Canada (puisque Leica avait une unité de production en Amérique du Nord dans les années 60-70-80). Malgré de nombreux débats et spéculations diverses, il est très difficile de savoir si il existe des différences notables de fabrication et de résultats selon la provenance des objectifs. Il n’y a pas forcément de règles sur ce point car pour avoir testé très sérieusement un exemplaire de chaque, aucun des deux ne présentait incontestablement de meilleurs résultats.

Pour ce qui est du rendu de cet objectif, pas de surprise pour une optique à l’ADN Mandler. Un rendu aux couleurs plutôt chaudes avec un bokeh agréable, crémeux à souhait. Faible sur les angles jusque f/4,0, cet objectif est souvent recherché par sa douceur mais aussi pour ses effets limite psychédéliques pour les images réalisées aux grandes ouvertures. A partir de f/5,6, le rendu devient optimal sur l’ensemble de l’image avec une excellente clarté des plus fins détails. Le vignettage marqué, très caractéristique des objectifs de cette génération est très présent aux grandes ouvertures pour disparaître pratiquement à f/4,0. La distorsion est quant à elle quasiment imperceptible.

Au final, un excellent petit objectif à la flatteuse réputation et qui survit pleinement dans la nouvelle ère numérique car il est souvent préféré aux Summicron Asphériques à l’image plus tranchante. Très recherché mais aussi relativement courant en occasion, il est assez facile de s’en procurer un mais il faudra être attentif à son état global avant achat. Le prix actuel se situe dans une fourchette de 900 à 1300€ selon l’état et les accessoires fournis.

Summicron-M 35mm Asphérique Version 1 (de 1997 jusque 2014) :

Il a succédé au Summicron V4 en 1997 en intégrant une lentille asphérique pour une amélioration sensible de la formule optique. Si il est moins compact que son prédécesseur, il faut noter que sa construction est exemplaire. L’objectif existera principalement en trois finitions ; noir, argent et black chrome edition (2015). Cet objectif est une grande réussite et se présente comme un des fers de lance de la gamme Leica en offrant un rapport qualité/prix/performance de très haute volée. La prise en main est excellente avec une bague de mise au point fluide et précise, une compacité et une légèreté appréciables.

summicron-35-asph-v1

Le rendu de ce Summicron est superlatif. Le contraste et la définition de très haut niveau dès la pleine ouverture avec une capacité évidente à restituer les plus fins détails sans faille, ce sur tout le champ de l’image. Le bokeh est tendu avec une élégance qui ne se discute pas. Si le vignettage est présent aux grandes ouvertures, il disparaît classiquement et complètement à partir de f/4,0. Plus gênante sera la distorsion qui selon les scènes photographiées pourra se faire sentir et une correction logicielle (aisée) sera nécessaire.

Ce Summicron est sans conteste une valeur sûre qui ravira son acquéreur par sa qualité d’image, sa construction sans reproche et sa compacité évidente. Mais si il fait tout très bien, il sera souvent reproché à cet objectif un relatif manque de personnalité. Comme un bon élève qui est très bon dans toutes les matières mais qui n’atteint jamais l’excellence dans un domaine particulier pour lui permettre de se démarquer clairement aux yeux de tous. Certains lui reprocheront aussi un piqué considéré comme excessif et lui préfèreront le Summicron Version IV présenté précédemment ou un Summarit pour un rendu plus naturel et doux.

Le prix de cet objectif est de 1500€ environ en occasion puisqu’il n’est plus au catalogue depuis l’arrivée de son successeur en 2015. A préciser que cette optique sera plus particulièrement appréciée et conseillée en argentique pour compenser le manque de piqué du film, à juste titre et pour d’excellents résultats effectivement .

Summicron-M 35mm Asphérique Version 2 (2015) :

Après plus de quinze ans de bons et loyaux services, le Summicron Asphérique, dans sa première livrée, a donc été remplacé par une nouvelle mouture en 2015. Il sera possible de l’acquérir en anodisé noir ou argent en standard.

En ce qui concerne la présentation générale de l’objectif, pas de changement notable à relever. L’objectif reste très compact et particulièrement agréable à manipuler. Seul le pare-soleil qui était en plastique dans la version précédente est devenu un modèle en métal rectangulaire, verrouillable et ajouré sur un angle pour faciliter la visée.

summicron-35-asph-v2-modifier

Soucieux de renouveler un objectif de référence en conservant une qualité optimale, Leica a dû innover en améliorant son objectif tout en suivant la tendance actuelle qui consiste à adoucir le rendu global des formules optiques. Les performances globales de cet objectif resteront globalement les mêmes que celles de la version précédente en termes de définition, piqué, vignettage ou distorsion.

Alors, vous me direz, quel intérêt pour Leica de renouveler une optique pour de si ténus changements. En fait, la réelle nouveauté de cet objectif réside dans l’évolution opérée au niveau de la conception technique du diaphragme. L’ancienne formule comportait huit lamelles. La nouvelle en dénombre onze, ceci pour des bokeh voulus plus harmonieux. Dans les faits, il en résulte effectivement des bokeh plus doux, ce qui confère à cette optique un rendu global qui semble un peu plus subtil. Attention, nous sommes dans des considérations d’excellence qui ne permettent pas de différencier et départager les deux versions de manière définitive et incontestable. Comme pour les Summarit précédemment évoqués, chacun pourra afficher une préférence pour la nouvelle ou ancienne mouture selon que l’on recherche un objectif plus ou moins tranchant.

Le prix de cet objectif est de 2900€ en neuf et aux alentours de 2000€ en occasion.

Summilux-M 35mm f/1,4 :

Pendant plus de trente ans, cet objectif est resté le haut de gamme de gamme Leica pour la focale de 35mm. Il fut en son temps (1961), le premier 35mm f/1,4 au monde, Leica démontrant une fois de plus à cette occasion ses capacités à innover dans le secteur de l’optique de très haut niveau.

La présentation est plutôt étonnante pour un objectif qui offre une telle ouverture. En réalité, il est très exactement similaire au Summicron Version IV présenté plus haut. C’est à dire d’une compacité extrême et d’une excellente maniabilité qui feront que ce sera un véritable plaisir de l’utiliser au quotidien. Il faudra d’ailleurs apprécier cela comme sa plus grande qualité car il ne faudra pas attendre de cette optique de très grandes performances.

summilux-35-14

En effet, définition et contraste sont faibles aux grandes ouvertures avec un effet nimbé qui ne disparaît vraiment qu’à partir de f/5,6. Les plus fins détails seront largement estompés à ces ouvertures. Le vignettage est très présent et ne disparaitra vraiment qu’à f/8,0. Au centre il faudra fermer de deux crans pour obtenir une réelle netteté (équivalente à celle d’un Summicron). Au final, c’est à partir de f/4,0 que cet objectif permettra d’obtenir des images nettes sur tout le champ de la scène photographiée. Bon point à noter cependant avec la distorsion qui est parfaitement négligeable.

Très clairement, à l’utilisation de cet objectif, il m’est apparut que cette optique valait surtout pour son appréciable compacité. Son ouverture maximale n’étant que de l’ordre du dépannage en numérique, la qualité étant véritablement trop faible aux grandes ouvertures. Malgré tout, certains apprécient cette faiblesse pour une recherche d’une image vaporeuse qui a tendance à revenir au devant de la scène. C’est ce qui explique que la cote de cet objectif est remontée récemment, à la faveur de quelques exemples d’images réussies dans le genre.

En argentique, l’utilisation de films au grain plus présent feront que les faibles performances aux grandes ouvertures seront moins mis en évidence. Pour le paysagiste qui ne souhaite utiliser que les ouvertures de f/5,6 à f/16, cet objectif ultra compact sera un premier choix.

La cote fluctuante de cet objectif fait qu’après une longue période de désintérêt où il se négociait aux alentours de 1000€, son prix est désormais plutôt situé dans une fourchette de 1400 à 1800€.

Summilux-M 35mm f/1,4 Aspherical :

Il s’agit clairement d’un objectif de légende. Produit au début des années 90 (1989-1994), il ne fut distribué qu’à 4000 exemplaires environ. On peut donc légitimement parler d’un objectif relativement rare. Le but avoué de cette optique fut de remplacer le modèle présenté précédemment en intégrant deux surfaces asphériques pour une amélioration très sensible de la qualité d’image. Très cher à produire, il est à noter par exemple que ses lentilles étaient polies à la main.

Pour avoir eu cet objectif en main, il faut avouer que la construction est somptueuse. La densité est parfaitement palpable et la prise en main est un véritable grand moment pour un objet d’exception. Il est bien évidemment moins compact que les Summarit ou Summicron tout en gardant une relative compacité.

summilux-aspherical-seul

Au centre de l’image, dès la pleine ouverture, le piqué est à son plus haut niveau. Les bords bien évidemment en retrait mais c’est bien logique au vu de l’ouverture maximale. A f/2,0, il n’y aura bien que les bords extrêmes qui ne seront pas nets. A f/2,8, l’ensemble de l’image est au maximum. Le vignettage est bien présent aux grandes ouvertures et ne disparaitra vraiment qu’à f/8,0. La distorsion est négligeable. A noter que l’on parle d’un problème de focus shift (décalage de mise au point par rapport à la visée exercée à la prise de vue) pour cet objectif, problème que je n’ai pas constaté lors de mon test, ceci ne voulant bien sûr pas dire que le problème n’existe pas.

Bon, je vous le dis tout de suite, si je devais acheter un 35mm sans considération de prix, c’est vraisemblablement cet objectif que j’essaierais d’acquérir. J’ai été très impressionné par cette optique qui délivre des images magnifiques et qui témoigne de l’extraordinaire capacité qu’à Leica de produire des objets uniques, des pièces d’orfèvrerie que l’on désire posséder, au delà même de l’utilisation que l’on souhaite en faire.

Bien évidemment, cette excellence à un prix et la rareté de cet objectif font que la cote affichée rend la facture pour une telle acquisition très salée. Comptez 8000 à 10000€ pour un exemplaire en excellent état.

Summilux-M 35mm f/1,4 Asphérique (pré-FLE) :

La production de la version Aspherical étant excessivement onéreuse à produire, Leica a donc mis au point une version avec une seule unité asphérique. Cette mouture restera au catalogue de 1994 à 2010, seulement remplacée par la version à éléments flottants (FLE) qui permettra notamment la correction des performances lors des prises de vues à mise au point rapprochée.

Comme le modèle aspherical, la construction est impeccable, seul le pare-soleil est de qualité quelconque et devra faire l’objet d’une attention particulière à l’utilisation et à l’achat. L’objectif est relativement compact et léger pour un objectif proposant cette ouverture maximale, il sera néanmoins assez visible dans le viseur du M lorsqu’il est équipé de son pare-soleil. En cas d’achat d’occasion, il sera aussi opportun de vérifier l’état du diaphragme car des cas rares de fragilité à ce niveau ont été signalés.

l1000514-modifier

Les performances optiques de ce modèle sont très similaires à celle de l’Asphérical même si le rendu sera légèrement différent avec, à mes yeux, une subtilité plus marquée sur la première version. Dès f/2,8, l’image est excellente sur l’ensemble du champ. Avant cela et à pleine ouverture, le centre est pratiquement au plus haut au centre et de très haut niveau sur les angles, seuls les bords extrêmes sont nettement en retrait. A f/2,0, L’image est presque parfaite avec seulement une faible perte en périphérie large du champ. L’effet 3D est très présent. Le bokeh est beau même si il fait parfois preuve d’une certaine nervosité.

Le vignettage est assez présent aux grandes ouvertures et devra faire l’objet d’une correction logicielle pour celui qui n’apprécie pas cette caractéristique. Il se manifestera jusqu’à f/5,6 pour disparaître quasiment aux ouvertures suivantes. La distorsion est elle quasiment imperceptible. Les performances de cet objectif sont véritablement d’excellent niveau et pourtant, il est très souvent critiqué pour une problématique controversée de focus shift qui se matérialise par un décalage de mise au point par rapport au télémètre. En réalité, je n’ai pas constaté ce défaut de manière formelle sur l’ensemble des images faites avec les deux modèles utilisés. Je pense réellement que, sans bien présent, ce problème de focus shift est mineur et ne se manifestera que dans des conditions bien particulières et plutôt de manière pour le moins épisodique.

Au final, nous sommes en présence d’un objectif de très haut niveau. L’ouverture maximale parfaitement exploitable avec un modelé exceptionnel font de cette optique une vraie opportunité en occasion puisqu’il propose une vraie alternative au modèle actuel (FLE) pour un prix radicalement inférieur. La valeur en occasion se situera aux alentours de 2000/2200€ pour un modèle en excellent état. Une vraie bonne affaire car il s’agit d’un objectif d’excellence pour un prix malgré tout très raisonnable.

Summilux-M 35mm f/1,4 Asphérique (FLE) :

C’est le modèle actuel. La référence des 35mm chez Leica. Cet objectif intègre la technologie d’éléments flottants pour une amélioration des performances et l’adaptation aux exigences plus grandes du numérique. C’est en particulier pour ne plus avoir a déplorer de focus shift que Leica a introduit ce dispositif directement récupéré sur celui équipant le Summilux-M 50mm depuis 2004.

La présentation est exemplaire, l’objectif est un peu plus compact que son prédécesseur avec un pare-soleil mieux étudié qui sera malgré tout toujours visible dans le viseur. Il sera possible de l’acquérir en anodisé noir ou argent.      

summilux-fle

Les performances sont exceptionnelles, ce dès la plus grande ouverture. La restitution des plus fins détails et contrastes est exceptionnelle. Sans révolutionner les résultats obtenus par rapport au modèle pré-FLE, il est un petit peu meilleur partout, et ce n’est pas peu dire au regard de la qualité d’image déjà superlative de son ainé. Sa grande transparence et sa capacité à prendre la lumière est impressionnante. Les images restituées par cette optique font penser à un rendu de type cinématographique avec un effet 3D qui se rapproche très clairement de l’effet obtenu avec un Noctilux. Les bokeh, cependant, demanderont une attention particulière au post-traitement car la tendance est plutôt à la nervosité et toute amplification de la clarté ou de la structure pourra rendre le résultat caricatural. Il est très peu sujet au flare.

Même si je lui ai préféré le modèle Aspherical plus subtil à mon goût (très subjectif), il s’agit sans conteste du meilleur techniquement de tous les 35mm de la gamme Leica. Au regard de ses performances d’une incroyable homogénéité, son prix catalogue de 4550€ apparaitra comme justifié. En occasion, il faudra débourser 3000€ environ pour s’offrir un exemplaire en excellent état.

En bonus :

Le Summicron-C 40mm :

Plus proche de la focale considérée comme idéale (pour mémoire 43mm), ce tout petit objectif a été construit par Leica pour l’ensemble formé du Leica CL (boitier), ce 40mm donc et l’Elmar-C 90mm. Il est très compact et léger, très agréable à utiliser. Malgré sa vocation économique renforcé par un prix d’occasion très cohérent, cet objectif est très bien construit et sera une brillante alternative pour celui qui recherche une focale intermédiaire entre le 35 et le 50mm.

summicron-40

Les performances sont véritablement très bonnes et il n’y a guère qu’à la pleine ouverture que l’on pourra noter une perte sensible de définition sur les angles et bord. A partir de f/2,8 et plus encore à f/4,0, l’homogénéité devient plus que satisfaisante avec des micro-contrastes bien présents et une définition d’excellent niveau. Le vignettage sera présent au grandes ouvertures mais disparaitra quasiment totalement à partir de f/4,0. La distorsion est imperceptible. Le bokeh est beau avec une douceur très agréable aux plus grandes ouvertures.

En occasion, il sera nécessaire de bien vérifier la fluidité réelle et le crantage des bagues car il est assez fréquent de rencontrer des problèmes de gommage ou de jeu sur cet objectif. Le pare soleil fourni est un modèle en caoutchouc qu’il faudra contrôler car il a tendance à se couper. Il sera possible de lui adjoindre un pare-soleil rond en métal mais en adaptant une bague. Pour le choix de cette bague d’adaptation en 39mm, attention au pas du filetage de l’objectif puisqu’il s’agit d’un pas spécifique (S 5,5).

Malgré tout, ce petit objectif s’avère robuste et fiable. Comme d’autres avant lui, il fait l’objet de fluctuations en terme de prix. Les prix s’étalonnent entre 350 et 500€ selon l’état et les accessoires fournis.

 

En Conclusion :

Chez Leica, que ce soit pour des versions actuelles, d’occasions récentes ou plus anciennes, la focale de 35mm offre un choix large avec la possibilité d’obtenir des rendus bien différents et toujours très qualitatifs. De la tendance très douce qui revient très nettement au devant de la scène avec les Summaron et Summicron de premières générations, du rendu plus tranchant et très moderne des Summicron Asphériques, des qualités plus naturelles qu’offrent les Summarit jusqu’à la grande subtilité des différents modèles de Summilux, la gamme 35mm Leica permet à chacun de trouver son bonheur quel que soit le budget engagé pour l’acquérir.

La concurrence est bien évidemment présente sur ce secteur des 35mm avec des modèles vraisemblablement dignes d’intérêt chez Zeiss, Voigtländer ou MS-Optics. Il y a sans aucun doute de très bonnes optiques dans ces gammes mais n’ayant pas la possibilité de les tester, je me garderais bien de porter un jugement de valeur sur ces objectifs. Maintenant, si j’en avais l’opportunité, je me ferai un plaisir de compléter cet article. Si le cœur vous en dit ou si vous souhaitez voir apparaître dans ce test un objectif que vous possédez, merci de me contacter pour organiser un prêt sur le court terme.

Mise à jour : Le test du MS Optics Apoqualia-G 35mm f/1.4

Cliquez sur la première image pour voir la galerie…

Click on the first image to view the gallery…