Mots-clefs

, , ,

Depuis 2013, la société Handevision, née d’une collaboration Sino-Germanique, concocte des objectifs déclinés pour différentes marques. La monture Leica M faisant partie des montures élues, il est donc intéressant de voir ce que propose cette gamme jeune et audacieuse avec l’arrivée de série de cinq nouveaux modèles pour des focales qui couvrent du 24 au 90mm. J’ai eu le plaisir de pouvoir tester trois de ces optiques avec les 35, 50 et 75mm. Que peut-on réellement attendre de ces objectifs plutôt bon marché et de manière plus large de cette série baptisée Iberit ?

Présentation :

La société Handevision, dont le nom reprend d’une part « Han » qui est l’ethnie majoritaire en Chine et « DE » pour Deutschland, avait créé une certaine sensation en 2013 en sortant l’Ibelux 40mm f/0,85. Malgré tout, il semble que la qualité globale n’était pas au rendez-vous et Handevision s’est remis au travail après ce demi-échec pour revenir avec une gamme nommée Iberit. Cinq nouveaux modèles viennent donc enrichir cette gamme avec les focales suivantes : 24, 35, 50, 75 et 90mm. Classiquement, le but avoué est de fournir des objectifs propres à couvrir la pratique photographique allant du paysage le plus large au portait le plus intimiste.

La collaboration de ces deux sociétés est en réalité une coopération de longue date entre Shanghai Transvision Photographic Equipment Co. Ltd (qui détient notamment la célèbre marque de bagues d’adaptation Kipon) et le fabricant allemand de lentilles IB/E Optics GmbH. Le but étant de réaliser toute la partie étude et prototype (développement, assemblage et tests) en Allemagne pour produire ensuite les objectifs en Asie. Si ils ne peuvent être affublés du désormais célèbre « Deutsche Qualität », il est à noter que la production de Shanghaï est réalisée selon les critères de qualité Allemands.

Ces objectifs Iberit sont développés plus spécifiquement pour les appareils numériques et plus particulièrement dévolus aux modèles sans miroir (APS-C ou plein format), tout cela dans une présentation classique qui se veut discrète et qualitative. Ils existent en monture Sony Nex, Fuji X ou Leica M. A l’instar de la gamme Leica Summarit, leur ouverture maximale est de f/2,4 sur la base de formules optiques à 4 ou 6 éléments, simple et efficace somme toute.

Prise en main :

Déclinés en version gris argent ou noire, la construction est plutôt réussie par l’emploi de matériaux éprouvés tels que le laiton, l’aluminium anodisé ou l’acier inoxydable, une formule destinée à rendre ces objectifs robustes et durables. Le design se veut très sobre et intemporel, dans un style très allemand visiblement revendiqué. De la même manière que les optiques Leica, seules des écritures sur la bague frontale font état des caractéristiques précises de l’objectif.

Si les caractéristiques de ces trois objectifs font réellement penser à la gamme Summarit de Leica, leur encombrement est malgré tout nettement supérieur. Les bagues de mise au point sont douces et celles de diaphragme bien crantées. On notera la présence d’un pré-codage de chacune des optiques qui pourra s’avérer bien pratique pour l’utilisation en numérique et qui permettra de réaliser son propre codage aisément.  

A noter aussi les distances minimales de mise au point à 70 cm pour a monture Leica M, un vrai bon point pour ces optiques, notamment pour le 50 et le 75mm.

Voici les caractéristiques techniques des trois objectifs testés :

Focale 35 mm 50 mm 75 mm
Angle de champ  [°] 63.4 46.8 32,2
Ouverture (f)                            f/2.4 – f/16
Map Mini en mètre (Leica M/ Sony Nx, Fuji X) 0.7/0.35 0.7/0.6 0.7/0.6
Longueur [mm] (Leica M / Sony NEX, Fuji X) 35/45 55/65 65/75
Diamètre (mm)                                 58
Diamètre du Filtre x Pas (mm)                           M49 x 0.75
Poids [g] (Leica M/Sony NEX, Fuji X) 210/290 250/310 270/330
Lentilles / Groupe 6/6 6/6 5/5

La qualité d’image :

Les trois objectifs ayant des résultats très identiques, les résultats de ce test seront valables pour les trois optiques collectivement.

A pleine ouverture, ces Iberit se comportent plutôt bien avec un rendu très (trop ?) doux qu’il sera la plupart du temps nécessaire de renforcer en netteté et contraste pour celui qui aime les images « punchées ». Cela se faisant malgré tout très aisément avec n’importe quel logiciel de post-traitement.

En portrait, cette douceur sera plutôt bienvenue et pourra être laissée en l’état pour des images naturelles et quelque peu « vaporeuses ». Dès que l’on ferme de deux crans, le rendu devient d’un seul coup bien plus homogène et dense avec des micro-contrastes bien présents, un piqué de très bonne facture et une qualité globale plutôt surprenante pour cette gamme de prix.

Le vignettage est plutôt bien maitrisé en disparaissant presque totalement dès f/4,0. Concernant la distorsion, qui est relativement bien contenue, seul le 35mm pourra nécessiter réellement de bénéficier d’une correction logicielle. La résistance au flare est plutôt très bonne et c’est heureux car, à l’instar des Summarit version f/2.5, les pare-soleils ne sont pas fournis avec les objectifs.

Sur le terrain, ces objectifs se comportent très bien car leur poids léger et leurs bons résultats en feront une solution économique avec une gamme pouvant couvrir l’ensemble des sujets courants. Je n’ai éprouvé que très peu de difficulté à obtenir des images de qualité avec chacune des trois focales, du paysage, de la photo de rue ou pour les portraits.  

La concurrence :

Ces Handevision Iberit, objectifs qui se revendiquent comme bon marché et qualitatifs, sont relativement alléchants dans une gamme de prix qui s’échelonne entre 550 et 650€. Dans ce créneau, difficile de s’offrir une équivalence chez Leica, même en occasion.

Pour rester à ce niveau de prix, il faudra se tourner vers Voigtländer, et à un degré moindre chez Zeiss ou MS-Optics (les tarifs étant un peu plus élevés chez ces derniers). La concurrence est plutôt rude avec quelques références qui permettent aussi de s’équiper à un coût moins sévère que celui pratiqué par la marque Allemande, notamment pour Voigtländer qui se place très bien sur le plan du rapport qualité/prix.

Il ne faudra bien évidemment pas attendre de ces optiques une qualité native équivalente de celles produites par Leica mais s’ils sont choisis pour une utilisation occasionnelle ciblée et/ou un budget serré, il sera tout à fait possible d’obtenir de très bons résultats avec ces Iberit au prix d’un post-traitement soigné et bien évidemment plus musclé que pour les autres marques (essentiellement aux plus grandes ouvertures).

Ci-dessous une galerie réalisée avec le Leica M10 et les trois focales 35, 50 & 75mm.

Les Iberit sur le site de Handevision :

http://www.handevision.com/en/product.asp?sid=135

 

Cliquez sur la première image pour voir la galerie…

Click on the first image to view the gallery…